PSA: l’Etat vend sa part à Bpifrance pour renflouer le nucléaire

0

L’Agence des participations de l’Etat (APE) a annoncé lundi la cession de toutes ses actions du constructeur automobile français PSA à la banque publique Bpifrance, pour un montant de 1,92 milliard d’euros, qui servira «très probablement» à recapitaliser EDF et Areva, selon Bercy.

L’Etat, qui détient «environ 12,7% du capital» de PSA via sa holding Sogepa, a «signé aujourd’hui un contrat de cession d’actions» avec Lion Participations, filiale de Bpifrance, a précisé l’APE dans un communiqué.

La banque publique d’investissement est détenue à parts égales par la Caisse des dépôts et l’APE, qui qualifie l’opération de «reclassement à l’intérieur du secteur public».

La transaction a été conclue pour un montant de 1,92 milliard d’euros et prendra effet après l’assemblée générale des actionnaires de PSA, prévue le 10 mai, sous réserve que le rachat d’Opel soit validé et que le cours de l’action ne connaisse pas entre temps de «variation significative».

Le produit de cette vente «abondera le compte d’affectation spéciale des participations financières de l’Etat et servira donc à financer les investissements de l’Etat actionnaire», explique l’APE.

En l’occurrence, la somme «pourra très probablement servir à financer les augmentations de capital dans le domaine de l’énergie», a précisé une source au ministère de l’Economie.

L’Etat s’est en effet engagé à injecter 7,5 milliards d’euros cette année dans la filière nucléaire, dont 3 milliards pour la recapitalisation d’EDF lancée début mars et 4,5 milliards dans celle d’Areva, prévue en juin.

Entrée au capital de PSA en 2013 pour sauver le constructeur de la faillite, l’APE réalisera au passage une plus-value de 1,12 milliard d’euros.

«Le redressement du groupe a été confirmé par les très bons résultats» annuels (1,73 milliard de profits), signe que l’Etat a «pleinement joué son rôle d’actionnaire de référence».

Plus orienté vers le développement et l’innovation, Bpifrance «reprendra les droits et les obligations du pacte d’actionnaires» avec la famille Peugeot et le conglomérat chinois Dongfeng, qui détiennent le même nombre d’actions.

La banque publique ne récupèrera toutefois pas les droits de vote double de l’Etat (qui détenait 18,5% des droits de vote), qui ne lui seront octroyés qu’après deux ans.

Bpifrance s’est néanmoins réjouit «d’accompagner une entreprise leader dans l’industrie du futur et avec de fortes ambitions notamment à l’international», selon une déclaration transmise à la presse.

L’établissement est déjà lié au secteur automobile, à travers le Fonds d’avenir automobile dont il gère les 650 millions d’euros, mais aussi par des prises de participations directes. Bpifrance est ainsi resté près de sept ans au capital de l’équipementier Valeo, dont il s’est totalement désengagé début 2016.

mm

Journaliste et animatrice radio, je publie sur le site d'actualités economie-news notamment dans les rubriques économie et immobilier.

Comments are closed.